Zoom sur la taupe

  • Post category:Actualités

Que vous soyez particuliers, professionnels, paysagistes, collectivités, golf, château, terrain sportif…..Vous avez une belle pelouse, mais des trous apparaissent ?

Il faut identifier le ou les coupables pour agir de manière raisonnée, performante et durable.

Après un hiver rude passé dans les profondeurs du sol, les taupes remontent en surface pour le plus grand malheur des jardins et des potagers en Loire Atlantique et en Vendée.

Les trous de taupe sont facilement reconnaissables à leur diamètre (entre 30 et 60 cm) et aux monticules de terre, appelé aussi taupinière. Ces animaux vivent sous terre. Ils creusent un réseau de galeries et évacuent la terre à la surface.

Il est tout à fait possible de cohabiter avec une ou plusieurs taupes. En effet, si la taupe à suffisamment à manger, elle cesse de creuser de nouvelles galeries et donc de créer de nouvelles taupinières. Ayez à l’esprit que la taupe ne creuse pas en permanence.

Identification

Lutter contre les taupes et taupinières

La taupe a une morphologie unique grâce à ses pattes qui ressemblent à une main humaine avec des ongles longs et puissants pour pouvoir creuser les galeries.

Elle possède une tête profilée pour pouvoir se faufiler et peut atteindre les 1m par seconde (4 km/h). Son odorat est subtil, elle peut déceler la présence d’un vers de terre à 6 cm sous terre.

Elle est myope mais sensible à l’intensité de la lumière (elle distingue seulement le jour et la nuit)
Son ouïe est très développé même si ses oreilles ne sont pas visibles.

Elle possède 44 dents qui lui servent à découper les vers de terres et autres insectes…

Elle s’oriente grâce à ses vibrisses (moustaches) et à sa queue qui reste toujours en contact avec le haut de la galerie. 

Elle peut creuser 10 à 15 m de galerie par heure.
Le diamètre des trous est d’environ 4-5 cm et la profondeur entre 10 et 20 cm.

Les vers de terre se trouvant presque toute l’année dans les 7 premiers cm du sol.

 

Taupinières Loire Atlantique Vendée

La taupe est un animal solitaire qui n’accepte le mâle qu’en mars / avril pendant ses chaleurs, période à laquelle elle ré-apparait dans nos jardins.

Elle ne peut s’accoupler qu’une trentaine d’heures par an. Les petits naissent après une gestation de 4 semaines (au plus tard en juin). Elle met ensuite bas à 5-6 petits qu’elle éduquera maximum 2 mois.

Ils s’entraîneront à faire des galeries dés la fin avril. (galerie de surface)
Le nid aussi appelé chambre ou gîte qui accueillera la portée fait 40 cm de haut et 20 cm de large.
Elle est recouverte de feuille et d’herbe.

La mère les chassera dés le mois de juin pour retrouver sa solitude.

Les idées reçues

Malgré ce que l’on croit, la taupe n’hiberne pas. Elle est incapable de faire des réserves graisseuses.
Pour passer l’hiver, elle fait des stocks de vers de terre en leur coupant la tête, ce qui les paralysent.
Certaines réserves comptent plusieurs centaines de vers.

S’il ne sont pas mangés, une nouvelle tête leur pousse au printemps.

Elle n’est pas hémophile. Elle met bas par un accouchement placentaire qui provoque des hémorragies. Il est donc inutile de placer des objets tranchants dans les galeries. Elle sera de plus méfiante et creusera rapidement une galerie pour contourner le ou les objets.

Les prédateurs de la taupe

Son principal prédateur est la belette, qui est également friande des campagnols.

Les chats, les rapaces et les renards arrivent à les attraper aussi lorsqu’elles remontent à la surface (lié à la sécheresse ou bien lorsque les petits quittent le nid).

Puis l’homme et les experts taupiers.

Lutte contre la taupe

Pour lutter contre les taupes, le seul moyen efficace est de les piéger. Il ne faut surtout pas détruire les galeries, car l’animal se remettra inexorablement à creuser. C’est une travailleuse insatiable.
Le mot « bosser » vient de la bosse formé par la taupinière.

Je n’utilise aucun poison ou explosif pour les taupes qui tuent les insectes auxiliaires (alliés des jardiniers), et abîment l’écosystème de votre jardin.

Je pratique un piégeage traditionnel avec un système mécanique.

Anecdotes liées à la taupe

Le prince Guillaume III d’Angleterre décéda suite à une chute de cheval.
Son cheval trébucha sur une taupinière, il fût désarçonné et entraîna sa chute mortelle.

Le taupier du château de Versailles (M.Liard) bénéficiait d’un logement de fonction et y organisait des soirées avec des femmes de petite vertu. Napoléon l’ayant découvert, il le congédia.